Le vidéoclip / Nouveau monde

Les Bonhommes sont très heureux de vous présenter leur tout premier vidéoclip produit par Macha Paquette. Un énorme big up à cette femme qui a donné cœur et âme dans ce projet.  Le vidéoclip a été tourné dans le domaine bucolique de François et Marina à Notre-Dame-de-la-Paix. Vous pourrez voir des scènes dans le noyau villageois de St-André-Avellin, au belvédère des Montagnes noires de Ripon, au vignoble du Domaine des météores et dans les rangs de Notre-Dame-de-la Paix.  Nous voudrions remercier Dominic Rozon dans le rôle du Bonhomme Sept Heures.   C’est la chanson Nouveau monde qui a été choisie pour notre premier pas dans le monde du vidéoclip. C’est un voyage vers un monde à l’envers.  Les Bonhommes feront une rencontre extraordinaire…mais qui sera leur chemin ?

Bon visionnement ( cliquez ici)

En première partie de Jardin Mécanique

Les Bonhommes seront en première partie de Jardin Mécanique, samedi le 14 octobre à 20h30, au Petit Chicago sur la rue Du Portage à Gatineau. Vous pourrez vous procurer des billets à l’avance au coût de 10 $. Sinon, vous devrez investir 15$ à la porte le soir même.

Jardin Mécanique, c’est une expérience à vivre une fois dans votre vie. C’est un mélange de théâtre, de musique rock, métal et parfois classique. Ce sont trois personnages excentriques et forts différents qui sauront vous faire sortir de votre routine.  C’est une histoire sans fin…

Pour 10$, voir les Bonhommes et Jardin Mécanique sur une même scène, c’est le deal du siècle. En plus, on vous fera une nouvelle chanson en bonus.

 

P.S. : Teaser de notre prochain vidéoclip

 

Samedi 14 octobre20h30Petit Chicago10$(1)

De rockeurs à amuseurs publics

On ne s’improvise pas rockeur, on découvre ce trait de personnalité en grandissant et on assume en vieillissant. Par contre, être amuseur public peut relever de la même recette. Et devinez quoi, les Bonhommes ont dû se métamorphoser en amuseurs publics lors de leurs prestations au Village de l’inspiration dans le cadre des festivités d’Ottawa 2017. Ce fut pour le quatuor une expérience inoubliable. Simon s’est permis d’être poète et bouffon dans un même personnage ce qui a ajouté une touche particulière à notre jeu.  Nous avons fait la rencontre de gens merveilleux qui ne parlent pas toujours français, mais qui ont bien aimé nos spectacles. La musique est universelle, elle unit au lieu de diviser. Peut-être que monsieur Trump devrait devenir mélomane, ça lui éviterait bien des bêtises. Bref, merci à Marie-Claude et Michelle de l’organisation et un big up spécial aux techniciens de son qui nous ont traités aux petits oignons. On prend une pause de 4 mois pour composer du nouveau matériel et on vous revient en spectacle le 6 janvier 2018 au Petit Chicago.

 

L’œuvre de Natasha Liard

L’œuvre de Natasha Liard met à l’honneur Bonhomme Sept Heures. Les femmes ont une présence importante dans la vie de Bonhomme Sept Heures. Non seulement elles ont été une véritable source d’inspiration pour tous les membres du groupe, mais il faut aussi mentionner qu’à des moments cruciaux, leur présence dans nos vies a su faire la différence. Après avoir donné carte blanche à Chayna Verpaelst, photographe du lancement , voilà que leur fidèle amie vient à son tour donner vie au plus grand spectacle de Bonhommes Sept Heures, Gatineau prend la Scène. Natasha Liard, une photographe professionnelle et une musicienne exceptionnelle, nous livre son art de la photo rappelant en image les meilleurs moments du spectacle magique du 17 juillet 2017 à la Place de la Cité. Comme dit le dicton, une photo vaut mille mots, alors bon visionnement de ce merveilleux photorama de la charmante mademoiselle Liard. On se voit le 26 août à Ottawa pour notre spectacle dans le Village Inspiration entre 17h00 et 19h30 dans le cadre d’Ottawa 2017.

 

 

 

 

Gatineau prend la scène

Les Bonhommes ont vécu l’expérience d’une vie, faire la première partie d’un groupe vedette devant 1 000 spectateurs. La machine était huilée, les guitares grondaient, ils étaient prêts. Il faut dire qu’en deux semaines de formation, ils ont gagné en maturité. Gatineau prend la scène, c’est avant tout une famille d’accueil. Claire Duguay et Louise Poirier nous ouvrent les portes de la maison de la relève artistique de l’Outaouais. Elles nous ont encouragé, corrigé, critiqué, mais surtout elles nous ont offert le plus beau des cadeaux, leur confiance. Comme on donne une pomme à un cheval comme cadeau de son effort, elles nous ont offert leur confiance  afin que l’on puisse grandir doucement pour que l’on puisse aller chercher le meilleur de notre potentiel.

La cerise sur le gâteau a été bien sûr, notre première partie du spectacle des Respectables. Bon, il faut avouer que les Bonhommes ont bien aimé également faire les entrevues avec les charmantes journalistes qui nous ont gâtées de leurs plumes. Nous pouvons vous avouer que de saisir son instrument et de voir ces milliers de gens qui se sont déplacés pour entendre ta musique, c’est un privilège en soi en 2017. Nous avons saisi chaque seconde en donnant le meilleur de nous-mêmes. Merci à tous les organisateurs de Gatineau prend la scène, l’équipe de la sonorisation ( Joël en particulier) et merci à vous chers public de nous suivre dans notre belle aventure. On se voit dimanche le 23 juillet à 13h00, sous le chapiteau du Festival Western. Billet en vente en cliquant ici : acheter billet .

 

Photos prises par l’honorable Yves Légaré, merci mon ami !

 

 

La rencontre de Claire Duguay

La formation est un passage obligé dans le milieu artistique. Il faut de la rigueur, de l’ouverture d’esprit et laisser les égos à la maison. Force est d’admettre que les Bonhommes n’ont pas frappé leur Waterloo. Bien au contraire, on dirait même qu’ils ont rencontré celle qui était destinée à corriger la machine. Il faut dire que certains petits détails étaient devenus de mauvais plis. Claire Duguay a su écouter attentivement chacune des chansons qui seront jouées le 17 juillet dans le but de sabler les imperfections et d’y ajouter une couche de vernis afin que le tout sonne rock, mais solide.

Elle est venue nous voir dans notre univers à Buckingham puis elle nous a invités à l’Avant-première. C’est son lieu de travail, mais aussi un endroit pour pratiquer avec tout le matériel nécessaire pour faire de la préproduction.  Vous devez aller visiter ce bijou. Dans quelques semaines, les Bonhommes feront la 1ere partie des Respectables. Ce sera un grand moment. Mais soyons honnêtes, le grand moment fut d’obtenir les généreux conseils de Claire Duguay, sans aucun doute. Gatineau prend la scène est  vraiment une expérience à vivre pour tous les musiciens. Et l’aventure ne fait que commencer…

Gatineau prend la scène

C’est fait !  Lundi 24 avril, 19h00, avait  lieu la conférence de presse à la maison de la culture de Gatineau pour annoncer la programmation 2017-2018 de la salle Odyssée. C’était également le moment d’annoncer que les Bonhommes feront la 1ere partie des Respectables le 17 juillet à 19h30 à la place de la cité dans le cadre de Gatineau prend la scène. En plus de faire un spectacle de 35 minutes dans un lieu professionnel, Bonhomme Sept Heures recevra une dizaine de formations et passera une journée entière avec la marraine de l’événement, France D’Amour. Le processus a quand même été ardu pour accéder au paradis. Il a fallu préparer une mise en candidature et en ensuite passer une audition.

Difficile de ne pas se réjouir chez les Bonhommes, 2017 est une année exceptionnelle pour le band avec le lancement du EP et la participation au Festival Western de St-André-Avellin le 23 juillet en 1ere partie de Tova.  Venez nous voir en show en format cowboy ou en format urbain. À chacun son style mais ce sera toujours le même rock en canne dans vos oreilles.

gatineau prend la scène pub2

L’œuvre de Chayna Verpaelst

On dit souvent qu’une photo vaut milles mots. La photographe de Saint-André-Avellin, la duchesse Chayna Verpaelst, a été témoin du lancement du tout premier EP des Bonhommes au Pub LE St-André.  Elle était la photographe officielle et elle avait carte blanche pour l’événement n’ayant comme seule requête de prendre les plus belles photos des Bonhommes Sept Heures et de leurs invités.  Cette jeune artiste est âgée de 18 ans et elle possède déja un fort talent en photographie. Elle a été adoptée par le band dès leur première collaboration et depuis ce temps elle est la petite soeur du band.

 

Merci de votre présence !

On va se le dire, ces deux lancements ont été de véritables rêves accomplis. Vous étiez nombreux, en feux et à l’écoute. Nous avons vécu de beaux moments. Le 23 mars, c’était au Pub le St-André qui nous recevait pour le 1er lancement. Nous avons eu 74 entrées payantes. C’est extraordinaire ! Un énorme merci à Anabel et Chayna pour les prises de photos. Vous avez fait la différence dans cet événement. Vous pourrez voir les photos d’Anabel en bas de page. Les photos de Chayna vous seront transmises dans quelques semaines. Nous avons eu que des bons commentaires. Je crois que chez les Bonhommes, nous  sommes satisfaits de notre performance. Nous avons joué drette, avec énergie et aisance. Le spectacle était rodé et on a eu du plaisir à être sur scène. Disons que le happening était parfait ; pour 10$ tu avais l’album, un show et une bière. Plusieurs personnes se sont déplacées et sachez que ça nous va direct au cœur.  C’est ça le rock, tout donner pour faire vivre aux gens une expérience hors du commun.

Le voyage en Abitibi s’est fait avec quelques minutes de retard. L’aller le vendredi a pris 8 heures d’auto. Nous avons loué une remorque chez Attache-Remorque Gatineau puis  nous avons pris en chemin notre drummer Guillaume et nous avons pressé le champignon pour nous rendre à destination. Monsieur s’est mis à avoir une envie de pipi 15 minutes plus tard. Ça commençait bien notre road trip. Nous sommes arrivés à Rouyn vers les 17h00.  Nous avons séjourné à l’hôtel des gouverneurs de Rouyn-Noranda. Lors de ce séjour, nous avons pris le temps de rencontrer les gens que l’on aime.  Le samedi soir nous leur avons donné tout un show pas piqué des vers.  Un énorme merci aux staffs du Cabaret de la dernière chance qui nous ont reçus comme des rois. La gagne de Carapace sont devenus nos amis après avoir donné un mur de son en pâture aux spectateurs présents pour la 2e partie. Mon coup de cœur,  la gang de Lubik qui est venu triper avec nous après le show.  Le sommeil n’a jamais été le bienvenu, nous avons roder dans la nuit parce que Rouyn-Noranda, c’est notre jeunesse . À chaque endroit, nous avions des images qui nous montaient au cerveau.

( De la dope, comme nostalgie, monte dans ton esprit, des images de ton vécu, tapissent le coin des rues ) 🙂

6 choses à faire pour vivre un beau lancement

C’est cette semaine, on se voit le jeudi 23 mars au Pub Le St-André situé au 35 rue principale à St-André Avellin. Voici quelques conseils pour ceux et celles qui souhaitent passer une belle soirée :

  1. Arrive donc vers 18h00 pour prendre un verre avec nous si tu es un vrai fan.

  2. Apporte toi un minimum de 10$ et tu auras 1 bière, 1 cd et un show.

  3. Apporte ton cellulaire, quelqu’un sera sur place pour te prendre en photo avec la mascotte des Bonhommes. On part le buzz #BH7H .

    Photoshoot_lancementBH7H.jpeg

  4. Sois là  à 19h00, donc arrive à l’heure sinon tu manqueras Simon faire ses mooves de gigolo.

  5. Mets toi sur ton 36, Chayna sera notre photographe officielle pour prendre de belles photos de toi.

  6. Viens nous  prendre dans tes bras et on va te raconter des jokes cochonnes.

Voici un bel article de BRBR qui parle de nous afin de te mettre dans la vibe, merci à Jonathan Chagnon.

Samedi le 25 mars, ce sera au tours du Cabaret de la dernière chance de Rouyn-Noranda située au 146, 8e rue de nous recevoir. Voici quelques conseils pour ceux et celles qui souhaitent passer une belle soirée :

  1. Arrive donc vers 19h00 pour prendre un verre avec nous.

  2. Apporte toi un minimum de 10$ et tu auras un  show des Bonhommes, un show de Carapace, l’album et un bec de Luc.

  3. Amène ta face pour 20h00, on n’a pas fait 7 heures de char pour que tu arrives en retard.

  4. Viens prendre une brosse avec le band, on n’a pas d’enfant le lendemain matin.